Né le 1er janvier 1960 à Bobo-Dioulasso au Burkina-Faso, alors Haute-Volta, Abou Traoré est issu d’une lignée de forgerons – charge symbolique et sociale située au delà de la dimension technique du travail.
Il hérite de la technique ancestrale de la cire perdue par son père, Assane Traoré et commence sa formation dès l’âge de 10 ans dans l’atelier familial.

Il fond et sculpte en son nom depuis 1983, année où il a imposé une rupture avec le productivisme qui régnait dans l’atelier familial pour se diriger vers la création artistique. Il a également apporté des améliorations à la technique du bronze dans le quartier de Koko de Bobo-Dioulasso (Quartier des bronziers).

Son originalité plastique met en évidence un artiste créateur et le fait remarquer par le Centre Culturel Français de Bobo-Dioulasso qui l’exposera de nombreuses fois.



Interview par OBART

Sa rencontre en 1984 avec des sculpteurs suisses et français du Groupe Fuzion tel que Pierre Jaggi marque un tournant dans son travail. Il intègre le groupe de 1984 à 1991 et expose avec eux en France et en Suisse.
En 1990, il remporte le 1er Prix de la Semaine nationale de la culture (SNC Bobo-Dioulasso).
En 1991, il est remarqué par Pierre Gaudibert, alors responsable du musée des arts africains et océaniens de Paris, qui le citera dans son livre « Art africain contemporain ».
Dès 1994, il participe à de nombreuses rencontres artistiques en France ainsi qu’au Togo à Lomé (Asso. Ewolé).
En mars 2001, il participe à un symposium avec des artistes du CCA Terre blanc (France) à Bobo-Dioulasso. Cette rencontre réoriente son travail vers une plus grande abstraction.
En 2003, il participe à la Biennale off de Dakar au sein de la Galerie Terangart.

Il vend régulièrement ses œuvres à des collectionneurs africains et européens.

L’Etat burkinabè lui a fait plusieurs commandes publiques.

En 2012, il est repéré par la Galerie Deneulin qui promeut son travail en France et en Europe.

Récemment son travail a été montré chez PIASA-Paris (Exposition Le Cube), Galerie Art-Z |Olivier Sultan-Paris, au Comœdia à Brest et à l’INSA de Lyon dans une exposition commune avec Leslie Amine.

EXPOSITIONS

2021 KA-FU, POP-UP galerie au 59 rue Charlot à Paris 3ème du 10 au 20 novembre
2021 Biso Off – Ateliers Maaneere, du 8 au 23 octobre
2021 Espace Comoedia à Brest
2021 Akili-Ko à l’Institut français de Ouagadougou
2020 Galerie Art-Z à Paris
2019 BISO Off Ouagadougou
2018 Le Cube PIASA-Paris || Art-Expo à Chambéry
2017 Echomusée à Paris en lien avec Chaillot en partage à la Goutte d’Or || INSA de Lyon avec Leslie Amine || Galerie Ruffieux-Brill à Chambéry
2016 Espace Paul Jargot à Crolles
2015 Centre médical Saint-Jean de Dieu || Fort Barraux (Isère) avec le peintre serbe Mile Saula || Centre médical Rocheplane à Grenoble
2014 Galerie Deneulin à Barraux (France) || Centre des Arts de Meylan (France)
2008 A la Jonquille – Genève/Suisse || Biennale de Dakar avec Terang’art/Sénégal || CCF de Bobo-Dioulasso
2007 Galerie des Champs à La Pierre – Isère/France
2005 Espace Yeleen à Bobo-Dioulasso
2004 International Salon of Arts and Crafts – Ouagadougou/Burkina-Faso
2003, Biennale de Dakar Off à la galerie Ternagart || Espace Gondawana à Ouagadougou
2002 Hotel Sarakawa Gallery – Lomé/Togo || Galerie Térang’art Dakar/Sénégal
1995 Centre Culturel Henri MATISSE – Bobo-Dioulasso Burkina-Faso
1994 à Ouag’Art – Ouagadougou – Burkina Faso || Ewolé à Lomé
1993 Centre Culturel Henri MATISSE – Bobo-Dioulasso/Burkina-Faso || Biennale de Marseille – France
1992 Centre Culturel Georges MELIES – Ouagadougou/Burkina-Faso
1991 Château de Rolle – Suisse avec le Groupe Fuzion
1990 Musée Provincial du HOUET – Bobo-Dioulasso – Burkina-Faso
1988 Centre Culturel Henri MATISSE – Bobo-Dioulasso – Burkina-Faso
1987 Sandillon – France (avec le groupe Fuzion à la saison artistique des Grands Marais) || Exposition à la Galerie Primaire – Suisse RENCONTRES ARTISTIQUES
1985 Terrasson (Dordogne) – France || Beaurepaire (Isère) – France
1984 La Roche-Vineuse – France